Lucien Hirschi

Lucien Hirschi

L'impression 3D ou la fabrication additive fait déjà partie du processus de production de nombreuses entreprises. Mais quels sont les enjeux actuels pour cette technologie qui date des années 80 ? Rencontre avec Lucien Hirschi fondateur de la société Zedax SA, à La Neuveville, entreprise de prototypage 3D.

Avec quels d'entreprises collaborez-vous?

Actuellement, je produis de nombreux prototypes pour les entreprises horlogères ou leurs sous-traitants. Cela représente encore 30% de mon chiffre d'affaires. Ma clientèle s'est toutefois diversifiée. Je collabore avec des architectes, graphistes ou designers. Pour toutes ces personnes, l'impression 3D permet de rapidement modéliser un concept.

Pour valider un projet lors d'une présentation?

Oui, que cela soit pour un client ou pour une séance interne. Lire un dessin 3D et imaginer son rendu n'est pas aisé. La création d'un prototype 3D est rapide et permet à tous les intéressés réunis de toucher un objet. Vous pouvez par exemple valider l'esthétique de votre montre et poursuivre plus sereinement votre projet.

Faites-vous de la prospection pour acquérir de nouveaux clients?

J'ai peu de temps à disposition mais je travaille le référencement de mon site avec des campagnes Google Adwords. Je participe au salon du SIAMS de Moutier et je suis toujours étonné par la découverte de nouvelles applications possible. Des entrepreneurs visitent mon stand par intérêt et après une courte explication, comprennent que cette technologie les concerne aussi.

Les usages sont infinis. Je désirais offrir du chocolat avec mon logo. J'ai donc créé un moule ad hoc. De nombreux chocolatiers en ont perçu le potentiel pour leur propre marché.

La création de petites séries, est-ce un marché?

Je pense que c'est un nouveau marché qui est en train de s'ouvrir. Actuellement, le prix de la matière première est élevé et le processus de production génère beaucoup de déchets. Le coût par pièce n'est donc pas toujours compétitif. Mais des acteurs importants développent des résines moins onéreuses. Les coûts de production diminuent et rendent possible la création de petites séries personnalisées.

De nouvelles perspectives grâce à une baisse des coûts de la matière première?

Oui, comme c'est souvent le cas dans le monde industriel. Aujourd'hui, le prototypage via l'impression 3D permet de valider des étapes dans un processus industriel. Demain, grâce à une matière première à bas prix, vous pourrez produire de petites séries dans un délai très court et à côté de chez vous. D'une certaine manière cela démocratisera la production "industrielle" et ouvrira de nouvelles perspectives économiques.

Site

lucien-hirsch-zedax-application.jpg -
lucien-hirsch-zedax-machine.jpg -
zedax-prototype-1.jpg -
zedax-prototype-2_1.jpg -